Soutenance de thèse: Alice Koenig

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 21/09/2018
14 h 00 min - 17 h 00 min

Emplacement
Amphi Pasteur, Tour CERVI


Soutenance de thèse : Alice KOENIG, équipe «Lymphocytes B effecteurs et à mémoire», 21 septembre 2018 à 14h00 dans l’amphithéâtre Pasteur, au rez de chaussée de la tour CERVI.

Titre de la thèse: ” Rôle de l’activation des cellules « Natural Killer » par le « missing self » dans la génération de lésions de rejet vasculaire chronique après transplantation d’organe ”

Résumé:
La transplantation d’organe est le meilleur traitement en cas de défaillance terminale d’un organe vital. Cependant, la survie sur le long terme est limitée par la perte inexorable de la fonction des greffons. Cette dernière est attribuée à l’inflammation microvasculaire (IMV) causée par la réponse anticorps contre les alloantigènes (rejet humoral chronique (RHC)).
En analysant une cohorte de 129 transplantés rénaux présentant de l’IMV sur une biopsie de greffon, nous avons trouvé que, dans la moitié des cas, les lésions n’étaient pas médiées par les anticorps. Chez ces patients, des études génétiques ont révélé une prévalence plus élevée de « mismatches » entre les molécules HLA de classe I (HLA-I) du donneur et les « Killer-cell immunoglobulin-receptors » (KIR) inhibiteurs des NK du receveur. Nous avons émis l’hypothèse que la nature allogénique de l’endothélium du greffon pouvait créer un « pseudo- ». De ce fait, les NK du receveur, exposés à des stimuli inflammatoires, ne reçoivent plus les signaux inhibiteurs transmis par le HLA-I de la part des cellules endothéliales du donneur. Dans un modèle de co-culture de cellules endothéliales et de NK humains, nous avons démontré que l’absence d’un ligand HLA-I du soi sur la cellule endothéliale peut activer les NK. Cette activation dépend de la voie mTOR dans les NK, qui peut être bloquée par la rapamycine, un inhibiteur de mTORC1 disponible en clinique. Enfin, nous avons confirmé l’existence de rejets NK induit par le « missing self » et leur sensibilité à la rapamycine dans un modèle murin de transplantation cardiaque.
Notre travail identifie un nouveau type de rejet chronique, exclusivement médié par l’immunité innée, les NK, ayant le même impact délétère sur la survie des greffons que le RHC. Cependant, alors qu’il n’y a pas de traitement disponible pour le RHC, les inhibiteurs de mTOR préviennent efficacement le développement de lésions dans un modèle murin de rejet vasculaire chronique induit par le « missing self ».

Composition du jury:
Pr. Blancho Gilles, PU-PH, Université de Nantes, Nantes, Président
Dr. Mooney Nuala, Directrice de recherche, CNRS, Paris, Rapporteure
Dr. You Sylvaine, Chargée de Recherche, INSERM, Paris, Rapporteure
Pr. Belot Alexandre, PU-PH, Université Claude Bernard Lyon 1, Lyon, Examinateur
Dr. Charreau Béatrice, Biochimiste, Université de Nantes, Nantes, Examinatrice
Dr. Marçais Antoine, Chargé de Recherche, INSERM, Lyon, Examinateur
Pr. Thaunat Olivier, PU-PH, Université Claude Bernard Lyon 1, Lyon, Directeur de thèse

NOS TUTELLES ET PARTENAIRES