Pathogénie des staphylocoques

Afficher tout

Thèmes de recherche

Les infections à staphylococcus représentent un problème majeur pour la santé publique mondiale, comptant pour ~ 30% des infections nosocomiales et des infections acquises dans la communauté. Staphylococcus est le meilleur modèle d’une bactérie pyogène et toxigénique qui se multiplie principalement hors des cellules de l’hôte; sa pathogénie repose sur l’expression de nombreux adhésines qui se lient aux protéines de la matrice extracellulaire de l’hôte et aussi la synthèse d’un grand nombre d’exoprotéines, entre autres, les exotoxines superantigéniques, les hémolysines, toxines exfoliative, et les leucocidines (e.g. la leucocidine de Panton-Valentine (PVL)). L’expression de ces facteurs de virulence est étroitement régulée en culture in vitro ainsi qu’en situations infectieuses par un réseau complexe incluant des facteurs de transcription et des microARNs régulateurs. L’objectif général de notre programme de recherche porte sur l’étude globale des infections à staphylococcus intégrant la recherche clinique et fondamentale afin de mieux appréhender les mécanismes de pathogénèse et de clairance de staphylococcus.

Notre équipe héberge par ailleurs un groupe en incubation (A. Belaaouaj) dont la thématique est « Polynucléaire neutrophile et infection de l’épithélium respiratoire ». A la suite d’une exposition à un agent agressif (e.g., infection bactérienne, exposition chronique à la fumée de cigarettes, etc…), le poumon fait appel à différentes cellules immunitaires, notamment le polynucléaires neutrophile (PNN) quand les premières lignes de défense (barrière épithéliale et macrophages résidents) sont altérées. Il est admis que la fonction majeure des PNNs est d’enrayer l’agent pathogène et de limiter l’inflammation que celui-ci engendre. En dehors de son rôle physiologique, ce même PNN peut paradoxalement contribuer à la mise en place d’une inflammation anormale et la genèse de lésions tissulaires observées dans certaines pathologies pulmonaires, en l’occurrence le SDRA, la mucoviscidose, et l’emphysème. Nos travaux de recherche portent sur l’étude des contributions relatives et mécanismes du PNN dans l’immunité innée et/ou le développement de pathologies du poumon qui, à ce jour, ne sont pas complètement élucidés.

Principales découvertes

  • Identification d’un nouveau cas clinique surnommé pneumopathie nécrosante à S. aureus secrétant PVL (2000-2005)
  • Identification du récepteur de C5a au niveau des cellules myéloïdes comme récepteur de PVL (2013)
  • Identification of rôle modulateur des antibiotiques de l’expression des toxines de S. aureus (2008-2013)
  • Identification des modulines phénol soluble comme facteur majeur dans la pathogenèse des infections ostéo-articulaires d’origine staphylococique (2013)
  • Mise en évidence et caractérisation de divers petits RNAs non codants impliqués dans le métabolisme et la virulence de S. aureus (2000-2013)
  • Mise en évidence du mécanisme antibactérien de l’élastase du neutrophile.

Sponsors

INSERM, university, anr, European FP, FINOVI

 

NOS TUTELLES ET PARTENAIRES